OM : Marseille commence à tourner le dos à Jorge Sampaoli

Après la défaite phocéenne face à Clermont dimanche soir, l'entraîneur olympien est la cible de critiques de moins en moins mesurées.

Jorge Sampaoli lors d'OM-ASSE
Jorge Sampaoli lors d'OM-ASSE ©Maxppp
La suite après cette publicité

Ce lundi, le réveil est probablement encore plus dur que d'habitude à Marseille. Dimanche soir, les Olympiens se sont inclinés sur le score de 2-0 face à Clermont, devant leur public, et laissant une image assez médiocre. Déjà dans la ligne de mire à cause de certains choix et la gestion de certains cas un peu sensibles, Jorge Sampaoli en prend donc pour son grade en ce début de semaine, après avoir été sifflé par le stade pendant et après le match.

Dans les médias locaux, on se montre assez virulent à son égard. « Il fallait par exemple beaucoup d'imagination pour comprendre ce que souhaitait Sampaoli quand son équipe, menée 0-1 [...], s'est retrouvée avec Gerson arrière gauche et Luis Henrique arrière droit en fin de rencontre », « on a donc plutôt eu l'impression d'assister à un match de handball » ou encore « les choix du coach olympien, qui n'est ni Marcelo Bielsa ni Pep Guardiola, n'ont jamais permis de redresser la barre ou d'inverser la tendance », sont certaines des phrases qu'on peut lire dans l'édition papier de La Provence aujourd'hui.

Il prend cher sur les réseaux sociaux

« Je voudrais aussi savoir pourquoi Sampaoli n’a toujours pas trouvé de solution côté gauche qui semble être pour l’OM le couloir de la mort ? », s'interroge-t-on du côté du Football Club de Marseille. Sur les réseaux sociaux, de nombreux supporters et influenceurs phocéens ont aussi tenu à critiquer le plan de jeu de l'ancien sélectionneur chilien. Bien sûr, tout n'est pas mis sur le dos du tacticien argentin, et les joueurs sont aussi tenus pour responsables.

« Alors bien sûr, on peut se demander pourquoi Jorge Sampaoli a mis en place un 4-3-3 au lieu d'un 4-4-2 losange. On peut aussi se dire que devant la petite forme de Ünder, de Payet et de Milik, un Bakambu aurait pu lui aussi entrer, à l'instar de Bamba Dieng. On pourra toujours se poser des questions et refaire le match, c'est l'essence même du football, surtout quand on perd. Mais, si les torts comme les succès sont partagés, on peut aussi réclamer aux joueurs olympiens de la justesse dans le dernier geste, de l'énergie à la récupération et du caractère pour forcer les verrous les plus solides », peut-on lire sur Le Phocéen. Jorge Sampaoli serait donc bien inspiré de trouver des solutions rapidement...

Plus d'infos

Commentaires