OM : le gros coup de gueule de Valentin Rongier

Après la défaite de l'Olympique de Marseille contre Clermont ce dimanche soir (0-2), Valentin Rongier s'est présenté la mine déconfite en zone mixte. Il n'a pas été par quatre chemins pour expliquer les maux de cet OM.

Valentin Rongier essaye quelque chose contre Clermont
Valentin Rongier essaye quelque chose contre Clermont ©Maxppp
La suite après cette publicité

Ce dimanche, l'Olympique de Marseille avait l'occasion de remettre Nice, troisième et premier poursuivant, à quatre points. Mais pour cela il fallait gagner contre Clermont, qui se morfond dans le bas de tableau, à l'Orange Vélodrome. Malheureusement, les Marseillais ont tout fait à l'envers et se sont inclinés sur le score de deux buts à zéro. On a même pu entendre des sifflets descendre des travées du Vélodrome. Une première cette saison.

Forcément, les mines étaient tristes après la rencontre et Dimitri Payet a donné le premier coup de gueule de la soirée. Dans la foulée, Mattéo Guendouzi s'est présenté en zone mixte, mais c'est surtout Valentin Rongier qui a dit le fond de sa pensée : « je vais surtout parler de la prestation. On a le droit de perdre des matches, même s'il faut éviter, mais c'est l'attitude qui me dérange, qui nous dérange. Ce qu'on a montré ce soir... On a plus le droit que cela se reproduise. On n'est pas fier, on va travailler pour que ça n'arrive plus ».

« Si c'est un problème d'attitude, on va le régler dans le vestiaire »

Mais le milieu de terrain, dépité, ne s'est pas arrêté en si bon chemin. « Je pense que vous l'avez vu, ils avaient plus faim que nous. C'était assez criant ce soir. On est à domicile, avec tout le respect que j'ai pour cette belle équipe de Clermont, on doit gagner. On a la possibilité de remettre Nice à quatre points. On a de la chance d'être encore deuxièmes. Mais en jouant comme ça, c'est sûr qu'on ne la gardera pas longtemps cette deuxième place », a analysé l'ex-Canari.

Invité à répondre aux propos de Dimitri Payet, Valentin Rongier n'y a pas été par quatre chemins : « Dim' a peut-être dit ça dans la frustration. Je ne pense pas que certains se prennent pour d'autres. Ce qui est sûr, c'est qu'on n’a pas mis ce qu'il fallait, si c'est un problème d'attitude, on va le régler dans le vestiaire ». Le voyage en Azerbaïdjan, pour affronter Qarabag, ce jeudi, va être long pour certains...

Plus d'infos

Commentaires